main navigation menu
World Bank building

MIGA’s goal is to promote foreign direct investment into developing countries to support economic growth and more.

Young woman bending down to tending to her outside chores

Explore different types of political risk insurance guarantees provided to investors and lenders.

Hyundai building

Explore global projects that support economic growth, reduce poverty and improves people’s lives.

Hands husking peas into a basket full of peas

Learn about the progress MIGA is making in its mission to support economic growth, reduce poverty and improve people’s lives.

Subscribe to Our Monthly Newsletter
x
Press Release

Côte d'Ivoire : la MIGA réaffirme son engagement durable en faveur du secteur énergétique

WASHINGTON, 23 avril 2020  Dans le prolongement du soutien fourni par le Groupe de la Banque mondiale au secteur énergétique ivoirien depuis près de deux décennies, la MIGA apporte aujourd’hui sa garantie à la quatrième phase d'expansion de la centrale thermique à cycle combiné d'Azito. Avec deux nouvelles turbines—une à gaz et une à vapeur—d'une puissance de 253 MW, cette extension permettra de porter la capacité totale installée de la centrale à 710 MW.

Les garanties émises par la MIGA, d’un montant de 74,6 millions de dollars, viennent protéger la prise de participation de Globeleq Holdings (Côte d'Ivoire) B.V. (Globeleq) dans Azito Énergie Holding S.A. contre le risque de rupture de contrat de la part du gouvernement ivoirien. La Société financière internationale (IFC) a été le chef de file de cette opération et l'un de ses bailleurs de fonds, aux côtés d'autres institutions de financement du développement. 

« Dans un contexte d’inquiétude grandissante face aux conséquences de la pandémie de COVID-19 et de stagnation des flux d'IDE en Côte d'Ivoire, cette transaction reflète un soutien continu des investisseurs en vue d'assurer aux consommateurs un approvisionnement en électricité fiable et à faible coût », déclare Hiroshi Matano, vice-président exécutif de la MIGA.

En 2017, le taux d'accès à l'électricité en Côte d'Ivoire était inférieur à 66 %, et avoisinait 38 % à peine dans les zones rurales. Avec une production supplémentaire estimée à 2 000 GWh, l'expansion de la centrale d'Azito Énergie pourra fournir plus de 30 % de l'électricité du pays.

Cette quatrième phase d’agrandissement sera l'occasion de remplacer les unités thermiques les plus anciennes et moins efficaces et de réduire sensiblement les coûts et les émissions, et elle contribuera à répondre à une demande domestique et régionale croissante. Plusieurs centaines de milliers de foyers et d'entreprises devraient ainsi bénéficier d'un meilleur accès à l'électricité.

Selon Mike Scholey, directeur général de Globeleq et président du conseil d'administration d'Azito Énergie« ce projet permettra de fournir l'électricité la moins chère du pays, en faisant appel aux technologies les plus récentes et les plus performantes. Parce qu’il assurera une production électrique stable et fiable, il encouragera l'introduction de ressources énergétiques renouvelables en Côte d'Ivoire et plus largement dans la région, en garantissant une source d'électricité constante qui palliera aux intermittences des énergies renouvelables. La garantie fournie par la MIGA contre les risques de rupture de contrat offre à Globeleq le cadre sécurisant nécessaire pour continuer à soutenir le projet et investir dans d'autres actifs importants du pays. »

Le projet contribuera également à soutenir l'intégration régionale au sein du Système d’échange d’énergie électrique ouest-africain. 

Le Groupe de la Banque mondiale est présent depuis longtemps dans le secteur de l'électricité en Côte d'Ivoire, où il a apporté son soutien à de multiples initiatives liées à la filière énergétique. L’Association internationale de développement (IDA) a notamment fourni récemment un financement de 325 millions de dollars en faveur d’un projet destiné à moderniser le réseau ivoirien de transport et de distribution de l'électricité. Le Groupe de la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont également apporté un soutien indispensable au gouvernement pour assurer la viabilité financière du secteur électrique.

Dès le début des années 1990, le secteur énergétique de Côte d'Ivoire a été l'un des premiers en Afrique subsaharienne à ouvrir aux capitaux privés l'ensemble de sa chaîne de valeur. Les segments de la distribution et du transport de l'électricité ont été privatisés en 1990, puis ce fut le tour de celui de la production en 1994 (premier producteur d'électricité indépendant privé en Afrique) et enfin le projet phare d'Azito a été lancé en 1998. En 2012 et 2014, des investissements privés supplémentaires ont été réalisés dans les capacités de production, financés par IFC et soutenus par l'IDA et la MIGA.

Le choix d'ouvrir le secteur de l'électricité aux investissements privés s'est avéré judicieux : la Côte d'Ivoire bénéficie de tarifs parmi les plus bas de la région, d'une qualité de service correcte (bien qu'elle puisse encore être améliorée et que l'accès à l'électricité reste faible) et d'un approvisionnement en électricité fiable (la Côte d'Ivoire exporte sa production chez ses voisins).

Azito Energie avait auparavant mené à bien trois projets énergétiques : les phases Azito 1 et 2, d'une puissance totale de 288 MW et mises en service respectivement en 1999 et 2000, et Azito 3, qui a permis d'ajouter une turbine à vapeur de 169 MW pour augmenter la production sans nécessiter d'approvisionnement supplémentaire en gaz. La MIGA fournit actuellement une garantie qui couvre l'investissement de Globeleq CI dans le projet Azito 3, mis en service en 2015.

 

###

Créée en 1998, la MIGA, l’une des institutions qui forment le Groupe de la Banque mondiale, a pour mission de promouvoir l’investissement direct étranger dans les économies émergentes en procurant des services d’assurance contre les risques liés à l’inconvertibilité des monnaies et aux restrictions de transfert, à la rupture de contrat par les États, à l’expropriation, aux conflits armés et aux troubles civils, et en fournissant des instruments de rehaussement de crédit aux investisseurs et prêteurs privés.

Depuis sa création, la MIGA a fourni plus de 55 milliards de dollars de garanties dans 116 pays en développement.

 

Contacts :

À Washington :  Vamsee Krishna Kanchi, (202) 458-9771,  vkanchi@worldbank.org

Pour en savoir plus, rendez-vous sur : https://www.miga.org

Suivez notre actualité sur Twitter : https://twitter.com/MIGA

Suivez-nous sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/wb-miga